Russie : un premier prêt bancaire garanti par des crypto-monnaiesRussie : un premier prêt bancaire garanti par des crypto-monnaies

Russie : un premier prêt bancaire garanti par des crypto-monnaiesRussie : un premier prêt bancaire garanti par des crypto-monnaies

Malgré l’incertitude juridique qui entoure encore les actifs cryptographiques en Russie, une grande banque commerciale a accordé à un de ses clients un prêt garanti en crypto-monnaie WAVES.

La première banque russe à accorder un prêt garanti en crypto-monnaies

Selon le média local Kommersant, la banque Expobank a « pour la première fois en Russie […] émis un prêt garanti par des jetons blockchain ». L’accord de prêt bancaire a été signé par l’homme d’affaires Mikhail Uspensky, la garantie a été versée en crypto-monnaies WAVES. On ne connaît pas le montant du prêt.

Upsenky a expliqué considérer la crypto-monnaie comme utilitaire, en particulier le WAVES : « Je ne refuse pas les projets qui me permettent d’utiliser Waves et je ne vois aucun intérêt à vendre des jetons. Ils ne devraient pas être un poids mort dans ma poche. » Selon Tanzila Yandieva, responsable du service juridique d’Expobank, il s’agit « d’une première pour la communauté juridique et bancaire ».

Un flou qui persiste en Russie

Malgré les exhortations de Vladimir Poutine, qui incite à réguler plus clairement le secteur, les cryptos évoluent encore dans une zone grise. Une première étape a cependant été franchie début août, avec une nouvelle loi qui interdit les paiements en crypto-monnaies. Les questions annexes de réglementation devraient cependant être évoquées à l’automne.

Expobank a donc été particulièrement attentif à interpréter la loi. Selon l’avocat Yuri Brisov, qui a accompagné la transaction, les WAVES ne sont pas concernés par cette mesure : « Les jetons Waves peuvent être utilisés de manière absolument légale en Russie. Il n’y a aucune restriction à la circulation des jetons de non-paiement dans notre pays ».

Toujours est-il que l’incertitude juridique persiste. Nul doute que ce premier prêt est un coup d’essai pour la banque, et qu’il permettra de donner un coup de projecteur à ces pratiques nouvelles. Reste à voir comment le deuxième projet de loi les encadrera, et si d’autres prêts de ce type pourront être proposés par les établissements russes.

COINAFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *